Pays Basque, Béarn, Languedoc Roussillon

Anglet

Suite de la page  Aquitaine 2006           


clic sur les photos



Capbreton est séparé d'Anglet  de 21 kms. Nous serons donc bien vite rendus à destination. Le parking camping car  qui doit nous accueillir est fermé pour cause de travaux , nous sommes dirigés sur un autre emplacement au bord de la rive gauche de l'Adour face à l'océan ou sont déjà installés une quinzaine de camping cars. Le parking est grand et bien situé. Nous avons une belle vue sur la plage de la chambre d'amour( son nom est dû à une grotte au niveau de la mer qui servait aux amoureux) et sur le phare de Biarritz. A une dizaine de mètres  de nous une station de bus ce qui va nous permettre de visiter Bayonne et Biarritz sans  galérer avec le camping car. C'est une solution que nous adoptons toujours lorsque nous ne connaissons pas une ville. A 13 heures il y a un départ pour Bayonne nous sommes prêts . Environ trois quarts d'heure plus tard nous arrivons au centre ville. Le ciel est assez nuageux et même noir, pourvu que nous ne nous fassions pas rincer.

Bayonne - plan de la ville

Bayonne

La ville de Bayonne compte 44820 habitants au confluent de l'Adour et de la Nive et est divisée en trois quartiers : le quartier saint Esprit, le quartier du grand Bayonne et le quartier du petit Bayonne. Comme d'habitude  nous n'aurons pas le temps de tout visiter en un après midi. Nous irons donc à l'essentiel, en commençant par la cathédrale sainte Marie avec ses 2 flèches de 85m de haut, cathédrale construite aux XIIIè et XIV è siècle dans le style gothique et un cloître du XIIIè qui lui est attenant. La cathédrale renferme la châsse de saint Léon évêque de Bayonne au  XIè siècle et  est le siège épiscopal du diocèse de Bayonne. Inscrite au patrimoine mondial en 1998. En sortant de la cathédrale, ce que je redoutais est arrivé , il tombe des cordes, il ne nous reste que les rues piétonnes avec leurs arcades ou l'on peut se réfugier en attendant que cela passe. Après une accalmie nous poursuivons notre visite  sur les bords de la Nive  le long des quais du commandant Roquebert et amiral Dubourdieu ou nous découvrons de l'autre côté de la Nive les hautes maisons étroites à pans de bois, aux volets et persiennes peintes en rouge, marron, bleu et vert. l'ensemble est assez agréable à regarder, puis nous revenons vers la place de la liberté et nous flânons le long de l'Adour en attendant notre bus pour rentrer à Anglet.

Biarritz

Le lendemain matin vers 6 heures nous sommes réveillés par un vent violent qui secoue le camping car  en tous sens . Plusieurs camping caristes paniqués se sauvent du parking. Sur le moment nous sommes tentés d'en faire autant, mais  pour aller ou? Au fil des heures le vent se renforce encore, le camping car craque de partout, nous ne sommes pas rassurés, jamais nous n'avons vécu une telle situation. Il nous est même impossible d'ouvrir la porte de la cellule. Tout le matin nous vivons dans l'angoisse, mais à midi la tempête se calme. Ouf, on se sent mieux, nous allons pouvoir sortir. Le soir on apprendra par la télévision que le vent a soufflé sur Anglet à 163 kms/ heure en provoquant beaucoup de dégats. Toitures arrachées, arbres déracinés, routes coupées. Vers 13 heures la situation est redevenue normale nous pouvons prendre le bus au même endroit qu'hier pour visiter Biarritz.

Biarritz ville de 26273 habitants, non loin de la frontière espagnole est une station balnéaire parmi les plus prestigieuses de la côte atlantique, et très prisée des surfeurs .Sa réputation remonte au XIXè siècle ou l'impératrice Eugénie épouse de Napoléon III en fit son lieu de villégiature . En 1854 Napoléon III  lui fit construire un palais en forme de E qu'il nomma villa Eugénie et qui leur servit de résidence d'été.  En 1893 la villa Eugénie fut transformée en palace et renommée hotel du palais. La reine Victoria et l'impératrice Elisabeth (Sissi) y ont séjournées. Aujoud'hui c'est un hotel de luxe  de 120 chambres et 22 suites. Le palace est inscrit aux monuments historiques en 1993.

Le rocher de la vierge percé à l'intiative de Napoléon III. Une vierge fut installée au sommet du rocher en 1865. La passerelle à l'origine en bois fut remplacée par une passerelle métallique sortie des ateliers Eiffel. Les jours de grand vent il est interdit de se promener sur la passerelle, les vagues étant tellement hautes que le risque d'être emporté est  important. Près du casino, la maison de la presse, propriété d'André Darrigade ancien champion cycliste des années 50-60, et un centre de thalassothérapie propriété de Louison Bobet autre champion cycliste.

Arcangues

La deuxième nuit passée à Anglet sera bien plus calme et nous en profiterons pour récupérer un peu. Nous quitterons notre parking pour nous rendre à Arcangues, non loin de Biarritz , superbe village vallonné et verdoyant de 3076 habitants. Connu surtout pour avoir été le village ou Luis Mariano y avait une propriété et ou il repose depuis 1970 dans le petit cimetière entourant l'église. Eglise édifiée à la fin du XIIè siècle début XIIIè est surtout remarquable pour ses galeries en bois sculpté du début XVIIIè comptant parmi les plus belles du pays Basque. Un très beau château entouré d'un golf depuis1991, est toujours la propriété du marquis d'Arcangues. Adossé à la mairie, le fronton, comme dans tous les villages Basques sert à jouer à la pelote. Village calme et paisible il doit faire bon y vivre. Après ce petit détour, nous redescendrons la côte Basque vers Guétary, saint Jean de Luz et Hendaye. Magnifiques paysages mais apparemment les camping caristes n'y sont pas les bienvenus, le seul parking que nous ayons vu est celui de saint Jean de Luz coincé entre la voie de chemin de fer et la route nationale. On ne vous chasse pas, mais c'est vous qui fuyez. Nous faisons demi tour pour remonter jusqu'à Espelette en pensant trouver un stationnement plus agréable.

Espelette

Espelette à 10kms de l'Espagne et 20 mn de la côte Basque, village de 1945 habitants est surtout connu pour son piment . Pas plus fort que le poivre mais plus parfumé il est utilisé depuis plus de 5 siècles à la place du poivre dans toutes les cuisines Basques. Dans les magasins il est commercialisé en poudre, en purée, en conserves, dans l'huile d'olive, dans le vinaigre et en gelée. Ils sont séchés sur les façades des maisons ce qui fait la particularité du village. Chaque année le dernier week end d'octobre a lieu la traditionnelle fête du piment. Ce que l'on sait moins, pendant 2 siècles on y a fabriqué le chocolat. Suite aux crises et guerres la tradition s'est perdue et ce n'est qu'en 1999 qu'un chocolatier en a repris l'activité. Du chocolat noir de tradition il créé un chocolat plus original en le mélangeant à du piment. Le nouveau chocolat d'Espelette est né. On y élève aussi des chevaux appelés Pottoka ou Pottok. Ces chevaux  vivant dans les montagnes aux alentours  sont très résistants et dociles. Ce village très visité mérite le détour. l'enfant du pays se nomme le cardinal Etchégaray né en 1922.

 Ne trouvant pas de parking pour l'étape nocturne nous terminerons la journée à Cambo les bains sur le parking ou sont déjà stationnés de nombreux camping caristes curistes.

Bétharram

Une brève visite de Cambo les bains, quelques achats et le plein de carburant nous voilà repartis. 140 kilomètres nous attendent, le terminus de notre journée sera Lourdes en passant par saint Palais, Oloron sainte Marie, et un arrêt déjeuner à Bétharram que nous mettrons à profit pour visiter le site.

Bétharram dans les Pyrénées Atlantiques faisant parti de la commune de Lestelle à 15 kms  de Lourdes est de nos jours un peu tombé dans l'oubli. Pourtant à partir du XIè siècle ce fut un important centre de dévotion à la vierge Marie qui voyait affluer des pèlerins de toute l'Europe et en même temps se trouvait sur le chemin de saint Jacques de Compostelle. A l'origine, un oratoire au creux d'un rocher abritant une statue de Marie, d'après la légende, aurait été découverte entourée d'une vive lumière par de jeunes bergers. le curé de la paroisse voisine de Lestelle, en dialecte pyrénéen signifie l'étoile, la fit transporter hors de son lieu de découverte. Disparue pendant la nuit , on la retrouva à l'emplacement de la veille au bord d'un torrent devenu depuis le gave de Pau, comme si elle ne voulait pas être déplacée. Ce petit oratoire devint au XVIIè siècle un grand sanctuaire. La tradition lui attribue 3 miracles. Ce sanctuaire fut l'un des plus visité de France.

La révolution française mis un coup d'arrêt à l'expension en détruisant le calvaire, chassant les religieux de leur monastère  et confisquant leurs biens. Après la révolution le site repris vie sous l'impulsion de l'évêque de Bayonne qui acquit le sanctuaire , les restes du chemin de croix et y transféra le grand séminaire du diocèse dans l'ancien monastère. Vers 1825 les pèlerinages reprirent et la restauration du chemin de croix se termina en 1873. En 1996 une nouvelle restauration fut entreprise pour se terminer en 2005.

On peut dire qu'aux alentours de 1840 Bétharram jouissait d'une notoriété que n'avait pas Lourdes le village voisin et département voisin.  D'après certains documents cette notoriété suscitait la jalousie de l'abbé Peyramale curé de Lourdes qui voyait grand pour son village. Sachant qu'il était le confesseur et le confident de Bernadette Soubirous on est en droit de se poser des questions. Mais je ne m'engagerai pas sur ce terrain là, ce n'est pas le but de mon site.


Lourdes

Vers 14 heures nous pénétrons dans Lourdes à la recherche du camping qui nous a été indiqué par l'office du tourisme .Il s'agit du camping de la poste en centre ville. Curieux endroit pour un camping. Dans la rue, pas beaucoup d'indications, nous faisons plusieurs fois le tour du pâté de maisons avant de voir un porche ou il est indiqué camping. N'étant pas sûrs nous préférons nous engager à pied, et effectivement il y a 2 caming cars et une caravane stationnés. Cela ressemble plus à une cour d'habitation que les propriétaires louent pour faire un peu d'argent. Nous voyons les propriétaires qui nous installent à notre emplacement. Ce coin est tranquille avec tous les services et électricité, et pour avantage que nous sommes en centre ville et à proximité  des lieux saints. Comme nous ne sommes qu'en début d'après midi nous ferons déjà une première visite de la basilique , de la grotte et du château en attendant demain pour une visite plus approfondie. Chaque année plus de 6 millions de pèlerins se rendent à Lourdes. Je suis venu pour la première fois à Lourdes en 1961 en pèlerinage et donc pour moi ce n'est pas une découverte, tandis que mon épouse n'est jamais venue.

Un château fort construit sur un rocher domine la ville de Lourdes. Propriété des comtes de Bigorre au XIè et XIIè siècle, il devient prison royale du XVIIè jusqu'au début du XIXè . Actuellement il sert de musée. La basilique du Rosaire achevée en 1889 construite sur les bords du gave de Pau, et sous la basilique, la grotte de massabielle et la fontaine miraculeuse. Sous l'esplanade des pèlerins , la basilique souterraine construite en 1955 et inaugurée en 1958 peut contenir 10.000 personnes. Plus de 200 magasins de souvenirs que je nomme les marchands du temple, sont installés dans les rues avoisinantes  la basilique. Des souvenirs au gout plus ou moins douteux allant de la vierge en plastique remplie d'eau de...?, en passant par les assiettes à l'effigie du pape Jean Paul II, où les dés à coudre et..c . Nous remarquons d'autant plus ces commerces car les pèlerinages sont terminés et les rues un peu désertes. Il ne reste plus qu'une poignée de touristes comme nous et des sdf avec leurs chiens qui mendient quelques pièces.

A l'époque de Bernadette Soubirous la ville médiévale de Lourdes comptait 4000 habitants, aujourd'hui elle en compte plus de 15.000. Bernadette née le 7 janvier 1844 est l'ainée d'une famille de 4 enfants( 1 soeur et 3 frères.) Sa première apparition date du 11 février 1858 et la dernière le 16 juillet 1858, au total 18 apparitions. Rentrée au  couvent des soeurs de la charité à Nevers elle y restera 13 ans  avant de décéder à l'âge de 35 ans le 16 avril 1879 . Béatifiée en 1925 et canonisée en  1933 par le pape Pie XI son corps repose dans la chapelle du couvent saint Gildard à Nevers . 

Le deuxième jour nous nous rendrons à Cauterets en vélo par un belle piste cyclable qui longe le gave de Pau et ensuite nous quitterons le Béarn pour nous rendre à Mirepoix dans l'Ariège en  Midi Pyrénées.

infos camping de la poste et autres campings à Lourdes:

http://www.lourdes-infotourisme.com/web/FR/67-hotellerie-de-plein-air.php?

 

Mirepoix

 Pour nous rendre à Mirepoix nous passons par saint Gaudens, saint Girons, Foix ou nous verrons le château mais nous ferons que traverser la ville et au bout de 194 kms nous arriverons sur le parking camping car de Mirepoix  situé derrière la gare. Nous pensons être tranquille mais surprise, le parking est juste séparé de la nationale par un grillage. Un trafic intense de camions nous tient compagnie pendant que nous déjeunons. Renseignements pris auprès d'autres camping caristes, la circulation se calme vers 23h pour reprendre à 4h du matin. Pas question de faire notre étape nocturne ici. En début d'après midi nous visiterons la ville et ensuite nous chercherons un coin plus calme pour la nuit.

Mirepoix  à la limite du département de l'Aude en Languedoc  Roussillon. Bastide médiévale au coeur du pays Cathare de 3077 habitants appelés les Mirapiciens, a un passé historique important. A ne pas manquer, la place des couverts du XIVè siècle avec ses maisons à colombages. Des piliers en bois soutiennet les façades en formant de belles galeries abritant des artisans d'art, ou l'on y fait des céramiques, peintures, aquarelles, poteries, sculptures, bijoux et coutellerie. Au dessus de la poutre maitresse reposent des pièces de bois sculptés en forme de  têtes barbues, femmes à coiffes, hommes couronnés et tortues. De belles fêtes médiévales sont organisées en juillet en costumes d'époque représentant la vie du moyen age dans la région. 

la cathédrale saint Maurice de Mirepoix

Commencée en 1298 l'église saint Maurice de Mirepoix  de style gothique possède la nef la plus large d'Europe soit 21,60m. Mirepoix devint un évèché en 1317 et c'est à ce moment que l'église devint cathédrale. Au XVIè siècle l'évèque Philippe de Lévis entreprit la rénovation et fit construire le clocher et la porte principale. Le clocher d'une hauteur de 60 m abrite 16 cloches dont un bourdon de 2 tonnes. Au XIXè siècle Viollet le Duc entreprit des travaux de transformation de la nef et rajouta des ouvertures circulaires ornées de vitraux.

Notre visite effectuée nous terminerons la journée à Fanjeaux à  20 kms de Mirepoix pour l'arrêt nocturne ou nous arriverons sous une pluie battante sur le parking camping car. Le parking en terre, détrempé  par la pluie est assez boueux, mais au moins nous sommes au calme.

Fanjeaux

Hier soir il n'était pas possible de visiter le village , mais aujourd'hui il fait beau et nous allons en profiter. Village de 776 habitants nommés les fanjuviens est un haut lieu du catharisme. De nombreux parfaits et bons hommes s'installèrent dans ce village et en firent le point central de l'hérésie. Dominique Guzman ( saint Dominique) rentrant de Rome en 1206, d'ou il avait rencontré le pape Innocent III, avec son compagnon le viel évêque d'Osma, Diègue d'Acèbes, s'installe à Fanjeaux  pour ramener les hérétiques dans le giron de l'église. Il fonda une communauté de quelques femmes. Le monastère de Prouille à un kilomètre du village construit à l'emplacement du premier couvent de saint Dominique en 1206 , ou il ne reste aujourd'hui  que des ruines. Il donna naissance aux Dominicains qui  seront plus tard impliqués dans l'inquisition. En 1209 l'occupation de la cité de Fanjeaux par les troupes croisés de Simon de Montfort qui en fit son quartier général se poursuivit jusqu'en 1214. L'occupation  se fit sans combat, les habitants ayant désertés les lieux. Il fût pourtant ravagé par un incendie.

Le centre du village présente de vieilles halles  et l'église sainte Marie dominant le village date de la fin du XIIIè et début XIVè siècle. 

Dans ce petit village tranquille nous resterons 2 jours avant de poursuivre notre route  vers Carcassonne à 25 kms de là.

Carcassonne

Nous traversons la ville de Carcassonne pour nous rendre directement à la cité médiévale ou nous nous garons sur le parking juste en dessous de la citadelle. Pour 10 euros à payer en entrant, nous pourrons rester jusqu'au lendemain 8 heures. Ville de 47400 habitants inscrite au patrimoine mondial de l'UNESCO en 1997 elle est traversée par l'Aude, le fresquel et le canal du midi qui relie la Méditerrannée à l'océan Atlantique. Le site existerait depuis cinq siècles avant J.C mais serait installé à l'emplacement actuel seulement depuis le VIè siècle. Au Vè siècle les wisigoths s'en emparent puis les sarrazins au VIIIè. A l'époque féodale s'installe la famille des comtes de Trencavel qui va régner du XIè au XIIIè siècle. Assiégée par les armées croisés en 1209 pour chasser l'hérésie Cathare, touchée par la guerre de cent ans et les épidémies de peste, les guerres de religion, la révolution et plus près de nous , la 2è guerre mondiale ou en 1944 les troupes allemandes occupent la ville et chassent les Habitants.   

la légende de Carcassonne

Selon la légende le nom de la ville de Carcassonne remonterait au IXè siècle  ou la cité occupée par les Sarrazins  et à leur tête la princesse Carcas veuve du prince Balaach. Assiégés depuis près de 5 ans par les armées de Charlemagne,  les 2 camps étant affamés, la princesse eut l'idée pour en finir, de tromper l'ennemi en lui faisant croire qu'il lui restait beaucoup de victuailles. Elle fit jeter par dessus les remparts le dernier porcelet qui leur restait. Voyant cela, Charlemagne crût à l'abondance de nourriture et leva le siège. Triomphante, Carcas fit sonner les cloches à toute volée, d'ou vint l'expression Carcas.... sonne. Le nom de la ville était né. Mais ce n'est qu'une légende.

la gastronomie

Nous ne pouvons pas visiter la cité sans goûter aux spécialitées locales. A midi nous entrons donc dans un restaurant, ils sont nombreux et nous n'avons que l'embarras du choix. Nous commandons un cassoulet et rien d'autre. Heureusement, car ce copieux cassoulet nous tiendra compagnie tout l'après midi. Il était très bon mais nous ne sommes pas habitués . nous reprenons notre visite de l'après midi l'estomac un peu lourd.

 Basé sur les produits fermiers tels que volailles et  légumes , les spéciaitées sont le jambonneau, les gésiers de volailles confits, les confits d'oies et canards, la salade d'artichauts au foie et le cassoulet composé de haricots secs, garni de viande de porc, de saucisses et confit d'oie ou canard. Le cassoulet de Carcassonne se différencie de ceux de Toulouse où de Castelnaudary par l'ajout de viande de perdrix. Vous trouvez également des friandises à base de sucre et chocolat tel que le petit Carcassonnais, le pavé  où la brique de la cité. Les vignobles autour de Carcassonne produisent les vins des Corbières , du Cabardès et du Minervois.

Après cette journée enrichissante nous resterons sur le parking de la cité pour la nuit.

La cité médiévale

la fin du voyage

La fin du voyage s'approche. Au matin, après une nuit tranquille nous quittons Carcassonne pour redescendre vers saint Cyprien dans les Pyrénées orientales ou des amis nous attendent. Nous passerons quelques jours avec eux et se sera le retour à la maison. Nous sommes le 15 novembre et depuis le 25 juillet que nous sommes partis il est temps de rentrer. Pour notre première année de camping caristes nous avons été absents de la maison 250 jours. Pas mal pour un début.

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/11/2013