Charente .Vendée .Bretagne 2007

cliquez sur les photos pour les agrandir

   Nouvellement installés dans la région Bourgogne et malgré une chaleur exceptionnelle en avril nous décidons de ne partir qu'en début mai.Mauvais calcul,le mois s'annonce mal,si mal que nous repoussons chaque jour le départ .A la mi-mai n'y tenant plus, nous partons sous des trombes d'eau, pour une première étape à Nohant à une trentaine de kilomêtres de Chateauroux et quelques kilomêtres de la Châtre . Nohant, petit village charmant et tranquille ou George Sand de son véritable nom Aurore Dupin écrivain célèbre du XIXè , célèbre aussi pour ses aventures galantes dont F.Chopin, Jules Sandeau, Alfred de Musset. Ses tenues vestimentaires faisaient aussi scandale dues au fait qu'elle s'habillait toujours en homme et à l'époque cela était mal vu.A son arrivée à Paris elle était pauvre et les vêtement d'homme coutaient moins cher.A nohant elle y reçoit ses amis Lizt, Balzac ,Flaubert et Delacroix y installe son atelier.La visite du chateau et du musée est très interressante.Le parc et ses jardins méritent également une petite promenade.Elle repose dans son parc et sa famille est enterrée dans le cimetière à coté.

  Après cette visite instructive nous poursuivons notre route à la recherche d'un point de chute pour la nuit que nous trouvons par des routes impossibles  un" France passion".je tairai le nom et le lieu,nous arrivons dans une cour de ferme boueuse due à la pluie incessante, et ou on y pratique l'élevage du cochon. A l'emplacement ou nous stationnons nous avons toutes les demi-heure le passage d'un tracteur et sa citerne qui fuit, remplie de lisier.Ces quelques désagréments ne nous empêchent pas de faire quelques achats et de constater que les propriétaires sont très sympathiques.Le lendemain toujours sous la  pluie nous reprenons notre route en direction de l'ile de Ré,mais avec encore une étape nocturne à Chey près de Melle et de Niort.

ile de Ré

          Après une nuit calme à Chey,nous reprenons notre route toujours sous la pluie ,qui ne se calme qu'à l'approche de la Rochelle.Nous franchissons le pont de l'ile qui est en ce moment à 9 euros au lieu de 16,50 euros dès le 15 juin .La circulation est assez fluide et le soleil commence à faire son apparition, ouf, on voit les choses d'une autre façon. Nous nous dirigeons directement vers le chef lieu, saint Martin en Ré ou, coup de chance un camping car s'en va au moment ou  nous arrivons .  Le parking, gratuit n'a que 5 places, et vu le nombre de campingcaristes sur l'ile les places sont rares surtout à la veille de l'Ascencion et nous ne sommes pas tellement les bienvenus.

           l'ile de Ré dite Ré la blanche est reliée au continent  par un pont de 3 kms de long depuis 1988 a une superficie de 85 km2 et peuplée de 18.000 habitants dont la majeure partie à saint Martin.On y trouve des pins maritimes et des chênes verts dans la forêt de trousse chemise, des marais salants des vignes et au printemps on y récolte de fameuses pommes de terres, et également des asperges. Pour sa faune on  voit des hérons et des aigrettes.

          La citadelle de saint Martin sert à partir de 1873 de point de départ pour les bagnes de Guyane et de nouvelle Calédonie. Aujourd'hui,c'est une prison pour ceux qui effectuent de longues peines. A l'extémité sud ouest sur la commune de Saint Clément le phare des baleines  57 m de haut datant de 1853. Tout à coté la tour des baleines d'époque Vauban de 1682.pour les amateurs de vélo dont nous faisons partie,plus de 100kms de pistes cyclables à travers vignes ,pinèdes et marais.Un pur bonheur. Après ces quelques jours notre étape suivante nous emmène vers la Tranche sur mer toujours par les bords de mer.

     Nous poursuivons notre chemin jusqu'à la Tranche sur mer qui va juste nous servir de point de chute pour passer la nuit.Le parking est propre et calme mais sans intérêt pour y passer plusieurs jours (pardon aux habitants de la ville ) ce n'est que mon avis personnel.Par contre il faut rendre hommage à la municipalité qui à fait une aire agréable aux campingcaristes de passage.Le lendemain direction saint Gilles croix de vie charmante petite ville de bord de mer  qui en ce mois de mai n'est pas encore envahie par les touristes et nous permet de flaner tranquillement dans les rues piétonnes,et sur les bords de mer.Le soir ,comme le parking se trouve à coté de la piscine nous en profitons pour y aller se délasser un peu en attendant l'heure du diner.Nuit calme et reposante en attendant l'étape du lendemain vers l'ile de Noirmoutier.

Noirmoutier

      Passé saint Jean de monts nous arrivons par Fromentine pour passer le pont de l'ile qui ici est gratuit. Ce pont long de 580 m relie l'ile au continent depuis 1971.l'ile longue de 18 kms ,large entre 500m et 12 kms pour une superficie de 49 kms2 et 9600 habitants hors saison était surnommée l'ile aux mimosas.Quelques forêts de chênes vert et des marais salants.On y récolte au primtemps la bonnote petite pomme de terre semblable à celle de l'ile de Ré et aussi succulente.quatre communes forment l'ile : Barbâtre, la Guérinière, l'épine, Noirmoutier en l'ile, qui autrefois voulait dire monastère noir  certainement dû à son ancienne abbatiale bénédictine. Cette abbatiale d'art à la fois romane et gothique avec une crypte du XIè contenant le tombeau du moine saint Philibert. De belles maisons de maitre du 18è  dont l'hotel du tourisme devenu hotel d'Elbée.Comme sur l'ile de Ré une forte inflation des prix de l'immobilier dûe à l'arrivée de touristes aisés font qu'il est de plus en plus difficile de s'y loger notamment pour les jeunes qui sont obligés de fuir l'ile.Pour nous camping caristes le seul endroit encore gratuit est le port Morin à l'épine. Cela ne devrait pas durer. Mais profitons du moment présent. De belles pistes cyclables permettent de faire le tour de l'ile et d'admirer la faune et la flore. Il serait trop long de citer toutes les espèces ,mais on peut retenir le héron cendré,l'ibis sacré, l'aigrette ,le grand cormoran, la spatule blanche le balbuzard etc..

le passage du gois

    On ne peut pas aller sur l'ile de noirmoutier sans se rendre au passage du gois long de 4500m qui était avant la construction du pont la seule route d'accès à l'ile .Aujourd'hui on peut encore passer en voiture en prenant bien soin de lire le panneau des heures de marée avant de s'engager .De nombreux automobilistes en ont fait les frais en abandonnant la voiture sur place et ayant juste le temps de grimper aux mâts de perroquets hauts de 1,30m à 4m espacés tout au long de la route.l'inconvénient est que perché à 4 m ce n'est pas très confortable en attendant la prochaine marée basse c'est à dire dans 6 heures.Il faut être présent quand la marée haute arrive,cela va très vite et cela est impressionnant.A marée basse de nombreux pêcheurs à pied viennent avec des seaux  ramasser des palourdes,coques et huitres ,mais attention tout n'est pas autorisé à ramasser,il vaut mieux se renseigner avant ,sinon les coquillages pourraient coûter plus cher qu'au restaurant.Le nom Gois vient du verbe goiser qui vers 1577 signifiait marcher en mouillant ses sabots.Les principales spécialitées de l'ile sont  la tarte saumon poireaux ,le gratin de quinoa aux poireaux et la salade Nantaise.

                Malheureusement nous avons écourté notre séjour sur l'ile en raison d'une tempête annoncée avec des vents à 120kms/h et le port Morin n'était pas le lieu idéal . Nous nous sommes donc réfugiés dans les terres à Apremont (vendée) chez des amis en attendant que ça passe.                        

         Ne voulant pas encombrer nos amis trop longtemps, nous sommes repartis le lendemain de notre arrivée,un peu tôt,car le vent soufflait toujours avec une force 8.Difficile de conduire surtout avec un vent latéral de cette force,le pont de saint Nazaire étant fermé nous avons dû nous arrêter à Bourgneuf en Retz superbe parking ou nous avons déjeuné,mais après avis de camping caristes de la région,parking un peu bruyant la nuit,ils nous ont donc conseillé le port du collet à quelques kilomêtres ,en bord de mer et plus calme,très agréable,ou nous avons donc passé la nuit,seuls et sans problèmes.

  Après une bonne nuit nous avons repris notre route avec un temps moins agité ,le vent a cessé,le passage du pont de saint Nazaire est assez impressionnant,nous nous rendons donc en direction de Guérande qui sera notre prochaine étape. Un petit parking de 5 places ,gratuit, à quelques pas du centre historique nous convient très bien,dommage que la pluie se mette de la partie.Depuis que nous avons quitté la maison le soleil s'est montré plutôt discret, mais la ville est tellement belle que nous ne regrettons pas d'être là.

Guérande

                 Nous entrons dans le centre historique par la porte principale ,la porte saint Michel,de superbes rues piétonnes s'offrent à nous,de nombreux commerces vendent du sel ou de la fleur de sel en petite ou grosse quantité,la maison du potier place du pilori du XVIè et XVIè siècle ,la collégiale saint Aubin.Cette cité médiévale est la seule qui a gardée ses remparts dans son intégralité soit 1434 m de circonférence. Entourée de marais salants, Guérande, Gwenrann en breton, bien que dans la région pays de loire, revendique à tort ou à raison son appartenance à la Bretagne, le Breton y fut parlé jusqu'à la fin du XVIIIè siècle.Ville d'environ 15.000 habitants se trouve à 19 kms de saint Nazaire,70 kms de Vannes et 80kms de Nantes,fut aussi préférée de Flaubert et Balzac.Le drapeau de la ville est formé d'une croix noire sur fond blanc avec une moucheture d'hermine dans chaque quartier que l'on aurait tendance à prendre pour le drapeau Breton.A proximité,la Baule,le Pouliguen, le Croisic,la Turballe et Piriac sur mer,villages que nous traverserons en quittant Guérande,mais que nous n'aurons pas le loisir d'apprécier pour cause de trombes d'eau.Notre étape suivante nous conduira à Sarzeau à la pointe saint Jacques ou nous resterons seulement pour la nuit .En ce mois de mai tout est encore fermé et vu le temps  les lieux sont un peu tristes

Carnac

               L'étape suivante nous mène à Carnac jolie petite cité d'environ 4400 habitants connue pour ses célèbres alignements de 2934 menhirs et de sa station balnéaire  à Carnac plage qui date de 1903 et depuis 1974 de son centre de thalassothérapie à l'emplacement d'anciens marais salants aujourd'hui plus exploités.Au centre du village l'église saint Cornély du XVIIè et XVIIIè siècle,ou nous avons pu assister à un mariage avec de belles Bretonnes portant de très beaux chapeaux,spécialité de la région.Au sud ouest de Carnac le village de saint Colomban du XVIè dont la chapelle est dédié au moine Irlandais saint Colomban patron des faibles d'esprit.A proximité la Trinité sur mer également station balnéaire que nous visiterons en vélo profitant d'une éclaircie.La presqu'ile de Quiberon que nous ferons aussi en vélo,ce qui nous permettra de mieux profiter des bords de mer  vu l'affluence de visiteurs ce jour là,et d'apercevoir en face ,belle ile en mer,et sur notre gauche l'ile d'Houat.A Quiberon,un des premiers centre de thalassothérapie fût crée par Louison Bobet ancien champion cycliste des années 50.En ressortant de Quiberon,à Penthièvre, la D768 nous permet pour la deuxième fois de voir la mer de chaque coté de la route.La côte ouest de l'ile est nommée côte sauvage et porte bien son nom.La région nous a tellement séduits que nous y sommes restés 4 jours.Mais il faut bien laisser la place à d'autres camping caristes.  

                   Après avoir quitté Carnac, notre but est Port Louis, nommée ainsi en l'honneur de Louis XIII, ville du Morbihan  qui autrefois s'appelait Blavet. Des fortifications Vauban et une citadelle à moitié démolie au XVIIè siècle ,complétée et achevée en 1642.La citadelle servit de prison,de centre de tortures et lieu d'exécutions de résistants pendant la seconde guerre mondiale.La ville est très intéressante à visiter et l'on peut voir au large l'ile de groix et la rade de Lorient.Un parking pour camping cars, bien aménagé et tranquille nous permet un séjour agréable.Le lendemain nous reprenons notre route en évitant Lorient et par la N 165 nous passons à Quimperlé pour rejoindre Pont Aven dans le Finistère. C'est un véritable plaisir de visiter cette ville chère à Gauguin qui y a séjourné en 1886 à la pension Gloanec et fonda l'école de peinture. La rivière l'aven, bordée de moulins et de belles chaumières restaurées est très pittoresque. C'est aussi la ville des galettes rendue célèbre par le film tourné en 1975 avec  J.Pierre  Marielle dans les galettes de pont Aven.L'auteur de la Paimpolaise, Théodore Botrel y est aussi inhumé . Pont Aven est une ville qui nous donne envie d'y revenir d'autant qu'il y a un parking très spacieux et calme pour nous accueillir.   

Pont Aven

     Nous quittons Pont Aven à regrets comme à chaque fois ou nous nous trouvons bien.Nous traversons Concarneau sans nous arrêter,en ce moment la ville est en travaux et le stationnement y est difficile.Dommage.Nous sommes dans le sud finistère région appelée la cornouaille.Concarneau est centré autour de sa ville close (les remparts),longtemps port de pêche,aujourd'hui station balnéaire,tourisme,et constructions navales,et à 19 kms de Quimper.Plus loin ,Bénodet également station balnéaire,centre de thalassothérapie et superbe port de plaisance.Nous traversons aussi cette petite ville d'un peu plus de 3200 habitants,sans nous arrêter,cela fera le but d'un prochain voyage,Pont labbé capitale du pays Bigoudain célèbre pour sa vannerie,et ses broderies.Loctudy ville touristique très agréable,port de pêche et de plaisance,en face l'ile aux moutons .Nous trouvons à bivouaquer à Lesconil (3200 habitants)sur un parking pas très grand et ou les installations sont hors d'usage,mais en bord de mer.De ce point nous profitons pour faire du vélo,surtout que nous bénéficions d'un bon ensoleillement,ce qui est rare depuis notre départ.Nous nous rendons donc à la pointe de Penmarc'h au sud de la baie d'Audierne,et à saint Guénolé connu pour ses rochers ou il est dangereux de s'y aventurer les jours de grand vent ou de tempête.Port de pêche,on peut aussi y visiter la chapelle de la joie,la chapelle saint Pierre et la tour carrée.

Après l'étape de Lesconil nous remontons vers Audierne magnifique ville de 2500 habitants environ,et la pointe du Raz à 15 kms plus loin,cap rocheux situé sur la commune de Plogoff.La pointe du Raz s'avance dans la mer d'Iroise avec une différence de niveau de 72 m.A 8 kms à l'ouest, l'ile de Sein,séparée de la pointe du Raz  par un détroirt ou se forment des courants violents.Plus loin la baie des trépassés enserrée entre la pointe du Raz et la pointe du Van toujours sur la commune de Plogoff et du cap Sizun.Une longue plage de sable relie les deux pointes.

 Cette plage de triste réputation raconte d'après une légende que les vents forts à violents tout au long de l'année,ainsi qu'une forte houle repoussaient les cadavres de marins naufragés sur cette plage ,d'ou le nom de baie des trépassés.notre halte nocturne se fera à Pont Croix sur la route de Douarnenez, cité de caractère sur le versant d'une colline au bord de la rivière du Goyen qui serpente sur 35 kms à travers bois et prairies. Une fois installés sur le parking pour camping cars bien ombragé ,calme et accueillant, nous entreprenons la visite de cette ville du moyen age avec ses ruelles pavées en escaliers descendant vers la rivière,ses maisons anciennes dont certaines du XVè siècle et l'église N.D de Roscudan,une pure merveille de l'art roman du XIIIè au XVè avec une flèche de 67 m de haut.       

Locronan

 Le lendemain peu après avoir quitté Pont Croix nous arrivons vers Douarnenez ancien port sardinier florissant jusqu'au début des années 80 toujours en activité aujourd'hui mais en moindre importance,remplacé par le port de plaisance  très important.Sur notre route ,Locronan,un des plus beaux villages de France,mérite un arrêt. Cité de caractère avec sa place centrale pavée, un vieux puits,ornée d'une très belle église et de belles demeures de granit,autrefois cité des tisserands.La Bretagne nous révèle vraiment de belles choses.On ne peut qu'en tomber amoureux,même si le temps n'est pas toujours au beau fixe.D'ailleurs il ne pleut jamais en Bretagne m'a dit sérieusement un Breton:il ne pleut que sur les imbéciles!la suite de notre périple passe par Chateaulin,et la presqu'ile de Crozon,qui à elle seule mériterait que l'on si attarde une quinzaine de jours tant il y a de choses à faire et à voir

La presqu'ile de Crozon

      La presqu'ile de Crozon bénéficie d'un micro climat ,d'une flore que nous nous attendions pas à trouver en Bretagne.A faire palir de jalousie les habitants du sud.Des paysages d'ajoncs,de bruyères ,genêts,bois de saules ,frênes,chênes et pins,buissons de chèvrefeuilles.Dans de nombreux jardins des mimosas, camélias, hortensias ou fuschias.La faune est composée de chevreuils, faisans, bécasses, blaireaux, renards. 60 kms de littoral,12 kms de plages, 155 villages ou hameaux tous plus beaux les uns que les autres.Après avoir visité Crozon Morgat,et la pointe des chèvres nous nous redirigeons vers Camaret sur les hauteurs ou se trouve un parking camping cars de 75 places très bien aménagé. De notre emplacement,nous allons à pied jusqu'à la pointe de Pen Hir très impressionnante,ou l'on y voit aussi des vestiges de la dernière guerre mondiale,blockhaus,canons et.c.On peut aussi depuis le parking descendre jusqu'à Camaret par le sentier des falaises,avec une vue splendide sur la mer et le village.A Camaret on peut admirer la tour Vauban qui se situe derrière la chapelle N.D de Rocamadour,chapelle qui selon la légende a eu le clocher décapité par un obus pendant la bataille de Trez Rouz en 1694 et n'a jamais été reconstruit .Selon  cette légende,Notre Dame renvoya le boulet sur le vaisseau coupable qui coula.

  Le lendemain nous Quittons Camaret pour la pointe des Espagnols ou on peut admirer la rade de Brest, le village de Roscanvel et le charmant petit port de pêche du Frêt et tout cela sous un ciel sans nuages. 

   nous laissons les bords de mer après le port du frêt pour nous diriger vers le Faou,Landivisiau,ou nous ferons la halte de midi,et ensuite saint Pol de Léon ou nous assistons à un changement de temps radical, brouillard et fraicheur au lieu de soleil et douceur auparavant.De quoi nous faire regretter d'être là.Le parking est en bord de mer et à proximité du centre ville,qui vaut le détour.Ville de 7000habitants dont la cathédrale St Paul Aurélien du XIIIè et le sanctuaire N.D du Kreister de 80m de haut surpasse tous les clochers de la région,sont les principaux monuments à visiter.Des dizaines de chapelles,de manoirs,et chateaux,sont également à voir.Le littoral s'étend sur 13kms de plages,criques et grèves portant des noms poétiques:Tahiti,petit Nice,sainte Anne.L'été,la baie (de Morlaix) est très fréquentée par les plaisanciers et vélliplanchistes.

  Le lendemain malgré un temps incertain,nous tentons d'aller à Roscoff en vélo,distant de 15 kms.Bon calcul,nous n'aurons pas de pluie.Roscoff possède une station balnéaire dynamique et est le point de départ des ferries pour la grande Bretagne , les iles Britanniques,et l'Espagne.La ville possède un institut de thalassothérapie,un centre de recherches en biologie marine ,plusieurs centres médicalisés de rééducation et de repos.En face,l'ile de Batz,longue de 3,5 kms et large de 1,5 kms,se visite à pied,et est desservie par des vedettes au départ du vieux port.

  Après 2 jours passés à saint Pol de Léon, nous faisons un grand bond en avant , en passant par Morlaix, Lannion, Pleumeur-Bodou , Trébeurden, Trégastel, Ploumanach et son point de départ pour les 7 iles,dont l'ile aux oiseaux, Perros Guirec, et sa magnifique côte de granit rose, qu'il faut admirer le soir avec son coucher de soleil, et le sentier des douaniers.Moments inoubliables quand il fait beau.Nous ne nous attardons pas trop longtemps,car toutes ces villes nous les avons déja visitées l'année précédente, mais cela fait toujours plaisir de revoir ce que nous avons aimé.

Le soir nous décidons de coucher à Tréguier , pour la visite de la ville le lendemain.

côte de granit rose

Tréguier

Ville de 2668 habitants dans les côtes d'armor ,reliée à la mer à 6 kms par les confluents du Jaudy et du Guindy,est la ville natale d'Ernest Renan dont la statue érigée en 1904 sur la place du Martray a été l'objet en 1903 de violentes querelles entre laïcs et catholiques, pour qui il était impensable qu'un homme rejeté par l'église,puisse avoir une statue dans la ville de saint Yves. La cathédrale saint Tugdual ou à l'intérieur se trouve le tombeau néogothique de saint Yves patron des avocats.La cathédrale est entourée par un cloître du XVème siècle. De  nombreuses venelles , de charmantes maisons à colombages,et à pans de bois,font l'attrait de la ville.L'ancien évêché est aujourd'hui la mairie,et la maison d'Ernest Renan un musée et sans oublier son port de plaisance , Tréguier est une ville très agréable et ou on sait accueillir les camping caristes.         

Ile de Bréhat

        Nous quittons Tréguier pour Paimpol ville de 7800 habitants, traversée par un ruisseau" le Quinec" qui se jette dans la Manche au port de plaisance. La ville a été rendue célèbre par Théodore Botrel dans la chanson la Paimpolaise et ses falaises ( pour la rime ) . Il n'y avait jamais mis les pieds ,et quelques années plus tard il y découvrit les falaises mais à Plouha, 20 kms plus loin. Tous les deux ans en aout,sur le port, a lieu le festival du chant marin qui dure trois jours et y réunit plus de 100000 spectateurs. Après la visite de la ville nous nous dirigeons vers la pointe de l'Arcouest pour une visite en bateau sur l'ile de Bréhat.

Nous embarquons donc à la pointe de l'Arcouest pour une traversée d'une heure jusqu'au port clos.Superbe traversée entre les ilots de granit rose,pourtant loin de la côte de granit rose qui commence à Perros Guirec.L'ile est composée de 2 iles reliées à marée haute par le pont Vauban.Longue de 3,5 kms sur 1,5 kms de large pour une superficie de 300 ha.Son point culminant à 33 m se situe à la chapelle Saint Michel.L'ile nord a le relief des Landes.L'ile sud est beaucoup plus fleurie . Grace à son microclimat les hivers sont particulièrement doux,ce qui permet la pousse de plantes méditerrannéenes.On y trouve des palmiers , eucalyptus, figuiers, amandiers, agave du mexique camélias ,hortensias, mimosas, de l'aloës, agapanthes,et échiums.Des géraniums grimpants fleurissent toutes les maisons On y circule également à pieds, seul un tracteur est habilité à circuler.L'ile peuplée de 439 habitants est rattachée au canton de Paimpol. Le soir à notre retour, après une journée enchanteresse, nous reprenons notre route pour passer la nuit à Plouha,dans la baie de saint Brieuc, sur un parking camping cars très vaste et très agréable en bord de mer au pied des falaises (104 m )au dessus du niveau de la mer ce qui en fait les plus hautes de Bretagne.Nous en profitons pour faire le sentier des douaniers, très fréquenté des touristes.

 Après Plouha,nous continuons vers Binic, saint Brieuc, Sables d'or les pins magnifique mais pas autorisé aux camping cars,et le cap Fréhel ou nous faisons notre étape nocturne sous le déluge.Nous n'en profitons que très peu.Dommage.Le cap compte parmi les plus hauts de Bretagne,70 m au dessus de la mer,et un sentier à travers les bruyères fait le tour du cap .Par temps clair,ce qui n'est pas le cas aujourd'hui,on peut apercevoir l'ile anglo normande de Jersey.

Le phare actuel reconstruit à partir de 1946 et inauguré en 1950 est d'une hauteur de32 m,sa lanterne domine la mer de 103m,et toujours par beau temps il se voit à plus de 100kms.Le lendemain comme le temps ne s'améliore pas et que ce n'est pas très agréable de rester enfermés dans quelques mètres carrés,nous continuons vers saint Jacut de la mer, Dinard, saint Malo ou nous tournons en rond pendant une heure pour ne pas trouver le parking camping cars qui après renseignement est fermé pour cause de travaux.Nous ne verons pas la ville close et ses remparts,le temps de chien et l'énervement nous pousse à Cancale,ou nous ferons un arrêt pour déjeuner à la pointe du Groin, ensuite Dol de Bretagne et petite incursion en Normandie puisque nous n'en sommes pas très loin, voir le mont saint Michel que nous n'avons jamais vu et ou nous passerons deux jours sous la pluie, sur un camping en attendant des jours meilleurs.Profitant d'une petite éclaircie nous visiterons donc ce magnifique site au pas de course.Mais le coeur n'y est plus ,nous ne pensons qu'à rentrer à la maison.Sur le chemin du retour nous ferons encore une halte à saint Suliac dans la vallée de la Rance et patrie de Roger Gicquel. Superbe village malgré la pluie,et ensuite d'une seule traite jusqu'a Chenonceaux ou nous passerons la nuit,et il pleut toujours.

saint Suliac

conclusion

Au réveil le lendemain,le soleil se montre un peu,mais il est timide.Nous ne pouvons plus revenir en arrière.Il est temps de rentrer.Après quarante cinq jours de voyage,nous avons bénéficié du soleil seulement neuf jours.c'est peu,mais le bilan est quand même positif.La Bretagne est belle avec ou sans soleil.Nous ne sommes pas déçus et nous y retournerons,il y a tant à voir et à faire, qu'en un mois et demi nous avons dû sélectionner. Pour cette raison, certaines villes et villages qui valaient un arrêt prolongé,nous n'avons fait qu'y traverser.Et nous n'avons fait que les bords de mer,alors qu'il y a aussi de beaux sites à l'intérieur. Ce sera un prochain but.Il y a encore de beaux jours devant nous enfin je l'espère.

2 votes. Moyenne 2.50 sur 5.

Commentaires (1)

1. tout1savoir (site web) 05/04/2012

Bonjour,
Je viens de passer un agréable moment à vous suivre ...donc merci et bon vent . A++

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/11/2013