Midi Pyrénées,Languedoc Roussillon,Provence 2008

13 septembre 2008

Pour cette dernière sortie de l'année, nous avons prévu comme destination, l'Aveyron que nous ne connaissons pas,puis l'hérault et pour finir les Bouches du Rhône. Le départ le 13 septembre sous un soleil radieux nous conduit pour notre première étape à saint Pourçain sur Sioule lieu bien connu des camping caristes pour son parking exceptionnel ou il vaut mieux ne pas arriver trop tard si l'on veut avoir une place. Comme d'habitude la nuit fut calme et au petit matin nous voilà partis pour un périple de 45 jours.  

Chaudes Aigues

clic sur les photos

Nous quittons saint Pourçain sur Sioule par la N 9, et traversons Gannat, Aigueperse et Riom pour emprunter l'autoroute A 71 et L'A 75 gratuite pour sortir à saint Flour et nous diriger vers le village de Chaudes Aigues distant de 28 kms.

 Ce village du Cantal de 950 habitants appellés les Caldaguès, se trouvant sur le chemin de saint Jacques de Compostelle est bien connu pour ses thermes et ses trente sources d'eau chaude comprises entre 45 et 82°. On y soigne les rhumatismes et l'arthrose. Les produits du terroir sont la viande d'aubrac, la fouace et l'aligot. Charmant village ou nous comptions y passer la nuit,mais nous n'y ferons que  déjeuner. Le parking camping car n'est pas très accueillant malgré sa gratuité,en pente, servant à tous les véhicules et à coté des services techniques de la commune, ce qui nous vaudra de partir plus vite que prévu à 13h30 avec l'arrivée des employés qui commencent à se garer tout autour de nous. Plutôt que d'être coincés jusqu'à 17heures nous préférons déguerpir. Ce qui nous mènera à Laguiole .

Laguiole

Le village de Laguiole en Aveyron avec ses toits en lauze,nous donne à notre arrivée une impression de village austère mais très agréable. Peuplé de 1269 habitants,cette commune est surtout connue pour ses couteaux, un peu moins pour ses fromages et ses vaches de race Aubrac élevées  depuis des siècles sur les plateaux de l'aubrac.

Le couteau Laguiole dont le manche est soit en corne de bovin,en bois,en ivoire ou en os,orné d'une abeille ou d'une mouche. C'est le couteau le plus vendu en France avec opinel. Attention la marque Laguiole n'existe pas, elle n'a jamais été déposée et donc elle appartient au domaine public et peut être copiée surtout par les pays asiatiques.

Le fromage appelé aussi fourme de Laguiole dont l'origine remonterait au VIè siècle à l'appellation d'origine controlée depuis 1961 et appellation d'origine protégée depuis 2008.

Laguiole possède également une station de sports d'hiver. Il n'y a pas vraiment de parking camping cars sur la commune, le stationnement est autorisé partout, mais la grande place ou l'office du tourisme nous conseille pour la nuit, me parait un peu bruyante, et nous irons coucher plus loin  à sainte Geneviève sur Argence, et nous passerons une nuit seuls et tranquilles.

Sauveterre de Rouergue

Parmi les plus beaux villages de France,Sauveterre de Rouergue se situe à 30 kms de Rodez.D'une population de 903 habitants elle culmine à 446 m d'altitude. Fondée au XIIIè siècle sur le modèle des bastides par Guillaume de Macon représentant du roi Phillipe le hardi, elle fût vers la fin du moyen age la capitale de la coutellerie. A cette époque on comptait une trentaine de coutelliers. Le déclin commençât au XVIè siècle pour renaître vers 1997 suite au tournage d'un film "la clé des champs". Les créations sont uniques et ornées d'une feuille de sauge emblème du blason de Sauveterre. A voir sa place centrale de 40m sur 60m, la collégiale saint Christophe et ses stalles du XVè siècle, son rétable gothique flamboyant du XVIIè et la chaire sculptée fin XVIIè et début XVIIIè.On y trouve de nombreux artisans créateurs de couteaux, chapeaux,objets en cuir, vitraux, céramiques ferronnerie. Nous visiterons un atelier de couteaux  "le Sauveterre", superbe travail mais le prix nous dissuadera d'en acheter un . Dommage. Le parking camping car à 10 mn du centre est gratuit services et électricité comprise. Le soir nous aurons la visite du maire venu nous demander si nous sommes satisfaits. Tellement satisfaits que nous y resterons quelques jours.

Sauveterre de Rouergue

Broquiès

Nous quittons Sauveterre de Rouergue à regrets  pour rejoindre Broquiès un charmant village  du sud de l'aveyron qui culmine entre 243 et 748 m d'altitude. traversé par le tarn et le dourdou il fait partie du parc régional des grandes causses. Un parking camping car bien aménagé nous y accueille, avec une vue imprenable. Après le déjeuner nous visitons ce village très fleuri et apprécions la gentillesse de ses habitants. Très calme l'après midi,nous nous apprètons à passer une nuit calme, mais  cela ne va pas durer . Au dessus du parking, un terrain de boules et vers 20 heures quelques joueurs arrivent. Nous ne nous inquiétons pas en pensant qu'à la tombée de la nuit ce sera terminé faute de visibilité. Pas de chance ,un éclairage digne du stade de France, leur permet de continuer.Plus le temps passe , plus les décibels montent et les boules tapent de plus en plus fort sur les rondins de bois. Nous n'avons plus qu'à attendre et miser sur la fatigue des joueurs. Enfin vers minuit nous retrouvons le calme. Cela aurait pu être pire . Le lendemain nous reprenons notre route en direction de Roquefort sur Soulzon distant de 35 kms.

Roquefort sur Soulzon

Roquefort sur Soulzon  à 630 m d'altitude fait partie de l'ancienne province du Rouergue. La commune est peuplée de 685 habitants. Un parking camping car gratuit et calme, à l'entrée du village près de l'office du tourisme bénéficie d'une vue magnifique sur les grandes causses.

 Connu pour son fromage dont les origines remonteraient au VIIIè siècle, Charlemagne en aurait fait son fromage préféré. D'après la légende, un jeune pâtre amoureux aurait oublié du pain et du fromage de brebis dans une grotte du combalou pour suivre une bergère. Quelques temps plus tard il revint en ce lieu et découvrit son pain et son fromage moisi. Il le goûta et le trouva bon. Le roquefort était né. En 1925 ce fromage est le premier à être reconnu appellation d'origine,en 1951 il bénéficie d'une reconnaissance Européenne,et reconnu appellation d'origine protégée depuis 1996. Les Caves naturelles dans l'éboulis du combalou,sont longues de 2 kms et 300m de larges.Près de 1000 personnes travaillent  à l'affinage dans une tradition de plus de 10 siècles . 7 fabricants de Roquefort sont établis dont les plus connus sont le Roquefort société et le Roquefort papillon. Pour visiter les caves  il vaut mieux  le faire de décembre à juillet sinon vous risquez de trouver les étagères vides,ce qui nous est arrivé. A voir également la chapelle saint Pierre du XIè en ruines ,l'église du XIXè et la table d'orientation du rocher saint Pierre qui donne une large vue sur le plateau du larzac. 

Camarès

Après une nuit très calme, nous prenons la route de Camarès en passant par sainte Affrique. Nous arrivons de bonne heure puisque nous n'avons que 34 kms à parcourir. Le parking camping car est très bien aménagé et gratuit. Nous sommes un peu déçu car on nous annonçait ce parking au bord d'un plan d'eau, mais il ne reste plus que le plan, l'eau a disparue. Ce n'est pas grave, nous n'avons pas prévu de nous baigner. Un petit sentier nous conduit en 10mn au centre du village qui nous séduit aussitôt. Nous retrouvons un couple de camping caristes Belges, très sympathiques que nous avons déjà rencontrés à Sauveterre de Rouergue et à saint Pourçain sur Sioule. Camarès en Aveyron se trouve à 80 kms de Béziers et est traversé par la rivière le dourdou. L'origine du village remonterait au IXè siècle. Les environs posèdent de nombreux chateaux dont le chateau de Montaigut du XIIè au XVIIè siècle, et à 15 kms l'abbaye de Sylvanès du XIIè siècle. 

L'abbaye de Sylvanès

L'après midi, comme il fait un temps superbe, nous décidons d'aller visiter l'abbaye en vélo. En une demie heure sur une route agréable peu fréquentée et sans trop de difficulté nous arrivons au but.  Nous avons oublié qu'aujourd'hui est la journée du patrimoine et la visite gratuite.

Abbaye Cistércienne construite à partir de 1136 se terminera en 1252 . Après un siècle et demi de rayonnement elle entre dans une longue période de décadence. Abandonnée à la révolution, seule l'église et une aile du cloître furent préservées. Classée monument historique en 1862 il faut attendre 1975 pour voir l'abbaye renaitre de ses cendres. Elle est aujourd'hui le centre d'un siège international d'art sacré et un lieu de rencontres culturelles et spirituelles.

LANGUEDOC ROUSSILLON

Nous ne passons qu'une nuit à Camarès, nous aurions pu rester un peu plus longtemps pour le calme et la douceur de vivre dans ce village. Le départ de nos voisins Belges nous incite à partir aussi. Nous empruntons la D902 pour descendre sur Lodève et là nous connaitrons un grand moment de solitude. 54 kilomètres de routes étroites et sinueuses dans les falaises. Heureusement, nous ne croisons personne, sinon je ne sais pas ce qui se serait passé. Enfin, nous traversons Lodève sans nous arrêter, il y aurait pourtant beacoup de choses à visiter. Nous reprenons l'A75 et là on se sent mieux que précédemment. Nous passons à Clermont l'hérault et nous nous y arrêtons juste pour le ravitaillement en carburant et nourriture. Puis direction Liausson au bord du lac du Salagou ou parait'il les camping cars y sont interdits. A notre arrivée une quinzaine de camping cars sont installés dont certains le sont apparamment depuis un certain temps. On verra bien!

Lac du Salagou (Hérault)

Le lac du Salagou dont le projet fut lancé dans les années 1950, dans le but de créér une réserve d'eau pour favoriser la diversification des cultures et secondairement pour régulariser les crues de l'Hérault. Le barrage artificiel fût érigé entre 1965 et 1970.  Une partie des communes de Clermont l'Hérault, Liausson, Octon, et Celles furent ennoyées. La superficie du lac est de 700 ha pour un volume de 102 millions de M3. Un parcours fléché de 27 kms pour les vététises représentant le tour du lac nous motive à nous y lancer. Tout se passe bien jusqu'au village englouti de Celles ou nous perdons le fléchage. Nous nous retrouvons à l'entrée de la bretelle d'autoroute de l'A75. Alors là, il y a une erreur. Nous faisons demi tour et à partir de ce moment nous accumulons les erreurs, si bien qu'au lieu de faire nos 27 kms prévus, nous en ferons 50. Le plus angoissant est que nous empruntons des petites routes sans panneaux et nous ne savons pas si nous sommes dans la bonne direction ou en sens contraire. Au bout d'une heure nous entrons dans un village d'altitude nommé Lacoste, et là ,un panneau en direction de Clermont l'Hérault. Oh joie! nous sommes sauvés. Il ne reste qu'une quinzaine de kms à parcourir, mais cette fois nous savons ou nous allons. Aprés coup nous en rions de bon coeur, mais sur le moment c'est une autre histoire. Une chose est sûre nous ne referons pas une deuxième fois le tour.

Après quelques jours passés sans problèmes particuliers sur ce parking nous prenons la direction du village de Vailhan, non loin du cirque de Mourèze.

Vailhan

A 25 kms de Liausson dans un site resté sauvage se trouve le village de Vailhan accessible par des petites routes très étroites. Commune de 164 habitants composée de 7 hameaux correspondants aux 7 hommes d'armes ramenés de croisade par Guilhaume de Vailhan qui leur distribua les terres de son domaine. Les ruines du chateau dominent le village ou l'on peut s'y rendre par un sentier de randonnée. Le parking camping car est à proximité de l'église romane du XIè siècle. Le choeur et ses chapelles latérales sont du XVè siècle. A coté de l'église le presbytère du XVIIè transformé en auberge ou l'on vous accueille pour apprécier une cuisine traditinnelle Languedocienne. En dessous du parking ,le lac, espace de loisirs  fermé par le barrage des olivettes. De nombreuses randonnées à pied ou en vtt vous sont proposées. Pour se rendre dans de tels lieux il faut aimer le calme, la solitude,l'idéal quand on a besoin de se ressourcer. De temps en temps cela ne fait pas de mal. Malgré l'isolement nous resterons 3 jours bien occupés entre la marche et le vélo.

Balaruc les bains

Cet épisode  d'isolement terminé nous reprenons notre baton de pèlerin pour retourner vers la civilisation. Nous passons Roujan, puis Pézenas ou c'est justement jour de marché et impossibilité de trouver un stationnement, nous y reviendrons peut être une autre fois. En attendant nous continuons vers Mèze ou nous pensons déguster un plateau d'huitres, mais le parking camping car est tellement éloigné et pas très accueillant, avec des jeunes qui tournent en scooter dans la poussière nous n'y resterons pas 5 minutes. Direction Balaruc le parking camping car. A notre arrivée ce parking n'est pas trop engageant. 7 euros pour être entassés comme des sardines, et à quelques dizaines de mètres plus loin le parking des thermes( les Hespérides) semble convenable. Aucune interdiction, nous resterons quelques jours. Au programme visite de la ville ,ballades sur la promenade Georges Brassens au bord de l'étang de Thau, vélo jusqu'à Vic la gardiole en passant par Frontignan, puis une superbe piste cyclable entre la mer et les étangs peuplés de flamands roses, le pont sur le canal de Sète à la mer. Que du bonheur. Nous mangerons aussi les huitres que nous n'avons pas mangées à Mèze. Tant pis pour eux.

Nous laisserons le camping car une journée sur le parking pour aller en bus visiter Sète à une dizaine de kilomètres.

Sète

Le bus nous laisse au centre ville, nous ferons la visite à pied. Nous longeons le canal et nous passons devant les marchands de poissons installés tout le long. Il y a de l'odeur. Nous approchons des bords de mer et nous prenons la montée du mont Saint Clair pour nous rendre au cimetière marin ou sont enterrés Paul Valéry et Jean Vilar. De temps en temps nous faisons la tournée des cimetières, pas très gai, on est pourtant pas dans un jour de déprime. Il faut dire que depuis le cimetière nous avons une belle vue  sur la mer et la ville. Pas de même pour les habitants. A midi nous nous offrons un petit resto avec au menu du poisson tout frais pêché. L'après midi nous reprenons un bus de la ville pour nous rendre encore une fois au cimetière du Py en bord de l'étang de Thau ou est enterré Georges Brassens. Décidémment on fait dans la morosité. De retour en ville deux heures plus tard nous flanons dans les rues en attendant le bus pour rentrer. Journée fatiguante mais on a le temps de s'en remettre. Et on dit que les retraités n'ont rien a faire.

PROVENCE Carro

En quittant Balaruc nous laissons le Languedoc Roussillon pour faire un grand bond en avant vers la Provence, bond de 190 kms en passant par Lunel, Arles, port saint Louis du rhône ou nous ferons la pause déjeuner. Nous pensions rester pour la nuit mais le coin ne m'emballe pas. Question de goût. Nous continuerons donc jusqu'à Carro, que nous ne connaissons pas du tout mais qui nous a été vanté par de nombreux camping caristes. Le parking est à 7 euros par jour mais si l'on achète un carnet de 5 à l'office du tourisme nous bénéficions d'une journée gratuite. Ce que nous faisons. A première vue le parking est bien situé, au bord de la mer et à 100m du centre du village . Lorsque nous arrivons il ne reste plus que 2 places.Il était temps. Pas question de se garer au front de mer, il est squatté par les habitants de la région, il suffit de regarder les plaques d'immatriculations. Ils barricadent même leur emplacement lorsq'ils s'en vont faire des courses. En fin de semaine la situation est pire. Les autochtones arrivent en nombre en braillant que les étrangers( c'est nous) leur ont pris leurs places, et donc ils se garent dans les allées,ce qui est interdit pour des raisons de sécurité. En plus comme ils viennent par petits groupes ils font la fête jusqu'à tard dans la nuit. Cela ne se passe peut être pas toujours comme ça, mais pour le moment c'est ce que nous constatons. Le bon coté est que le cadre est agréable, près de Martigues et de Marseille, d'ailleurs nous en profiterons pour les visiter et puis pour nous qui sommes sportifs de belles ballades à faire à pied où en vélo. En vélo,nous nous rendrons presque tous les jours à Carry le Rouet par les bords de mer. De vrais bons moments.

Martigues

La station de bus pour Martigues se trouve à 100m du parking avec des départs toutes les 25 minutes  pour 1 euro par personne ,cela ne vaut pas la peine de partir avec le camping car pour avoir des difficultées à se garer et ne plus avoir de place au retour. Donc l'option bus est retenue et c'est de bon matin que nous partons en demandant au chauffeur de nous déposer à Martigues dans le quartier le plus touristique. Trois quarts d'heures plus tard nous sommes arrivés. Au premier coup d'oeil nous sommes séduits. Pas étonnant qu'on la surnomme la Venise provençale. La ville de 44544 habitants nommés les Martigaux (gales) s'étend des rives de l'étang de Berre au canal de caronte qui la relie à la mer. Sa luminosité en fait un lieu réputé des peintres : Derain, Dufy, Renoir. De nombreux films y ont été tournés, dont le plus célèbre est la cuisine au beurre avec Bourvil et Fernandel en 1963. Beaucoup de monuments sont à visiter et bien sûr nous ne pourrons pas tout faire en une journée. Je ne peux que citer les principaux: le pont de caronte, le fort de Bouc à l'entrée de la ville, et de nombreuses églises : saint Louis d'Anjou, la chapelle des marins (ND de la miséricorde), l'église sainte Madeleine, l'église saint Genest, la chapelle de l'annonciade et..c. Trois quartiers composent la ville, le quartier de ferrière, l'ile Brescon, et Jonquière. Un bon resto à midi dans l'ile et le soir retour à Carro enchantés de notre journée.

Martigues

Marseille

Quelques jours plus tard, pour ne pas trainer les rues de Marseille en camping car , nous prenons le train à la gare de la Couronne à 25 mn à pied du parking, en suivant les raccourcis. Des trains toutes les demies heures aussi bien à l'aller qu'au retour, nous évite bien des désagréments. En prime nous bénéficions d'un paysage exceptionnel au dessus des calanques, que nous n'aurions pas vues autrement. Une bonne demie heure plus tard nous sortons de la gare saint Charles et ensuite descente de la cannebière jusqu'au vieux port. Il n'est pas loin de midi nous en profitons pour nous "faire" un petit resto au vieux port. Ensuite un petit train touristique nous emmène en passant devant le bar de la marine célèbre pour sa partie de cartes de Marcel Pagnol,  jusqu'à la basilique de Notre dame de la garde( la bonne mère pour les Marseillais). Un point de vue à couper le souffle sur la ville , les iles du Frioul et le chateau d'if. En face, au loin, on aperçoit Carry le Rouet et Sausset les pins. 

N.D de la garde construite de 1855 à 1870 dans le style romano- byzantin, site classé depuis 1917 culmine à plus de 160m au dessus de la ville. Le sanctuaire actuel remplace une ancienne chapelle dont les origines remontent à 1214. Restaurée de 2001 à 2008 elle est la gardienne de la ville, des marins et des pêcheurs. Son clocher carré de 41 m de haut surmonté d'une tour de 12,50m sert de piédestal à une statue de la Vierge à l'enfant de 11m de haut. Cette statue en cuivre doré est recouverte de feuilles d'or. Comme à Martigues il n'est pas possible de tout voir en un seul jour, mais l'intérêt pour nous touristes est de voir l'essentiel . En redescendant au vieux port, il y a un autre train touristique qui conduit dans le quartier du panier, un des plus vieux de Marseille mais il commence à se faire tard et il est temps penser au retour . Bonne journée bien remplie, pour en découvrir davantage il faudra revenir une autre fois.

Marseille

Cuges les pins

Nous sommes restés à Carro suffisamment longtemps, il nous faut céder la place à d'autres, et continuer notre route en direction d'Aubagne puis à Cuges les pins,  notre arrêt pour quelques jours. Nous n'aurons parcouru que 64 kms. Le parking camping car situé dans le massif de la sainte Baume pourrait servir de modèle à bien des communes. Pour 3 euros dans un décor de rêve, un couple de gardiens très accueillants et toujours prêts à vous rendre service, que demander de mieux. Le parking est disposé sur 3 niveaux. Si vous n'arrivez pas trop tard et que vous ayez le choix de l'emplacement , pour avoir une bonne réception de votre antenne satellite , allez au niveau le plus haut sinon vous n'aurez rien. A ce prix il n'y a pas d'électricité mais le gardien a construit une petite cabane avec des anneaux scellés dans le mur, ce qui vous permet d'installer avec une chaine et un cadenas votre groupe  électrogène  qui se trouve abrité et ne dérange pas les autres camping caristes. Très ingénieux et pratique. lorsque le parking est plein, le gardien ferme le portail, donc prenez vos précautions. Aucun bruit la nuit, vous aurez au petit matin la visite des chèvres. Si vous leur donnez à manger,vous serez amis. Plutôt sympa! de nombreuses randonnées pédestres dans le massif , mais pour les cyclistes  il n'y a pas beaucoup de choix . Cuges les pins est traversé par la N8 et donc dangereuse. On peut éventuellement aller jusqu'à Cassis, ce que nous avons fait, mais il ne faut pas craindre les longues montées. A une dizaine de kilomètres de là, se trouve le circuit Paul Ricard du Castellet, mais hors compétitions il n'y a rien à voir. Dans ce cadre idyllique nous resterons 3 jours, pour nous diriger ensuite à Cassis distant d'une quinzaine de kilomètres. Ce serait bête d'être si proche et de ne pas s'y rendre.

Cassis

Lorsque vous arrivez à Cassis avec votre camping car, il est préférable si vous ne voulez pas vous engager dans une grosse galère, de rester sur le haut de la ville et d'aller sur un camping . Il n'y a pas vraiment d'autres choix . Nous nous sommes rendus sur le camping des cigales ou pour 16 euros sans électricité nous avons eu un bel emplacement et à un quart d'heure à pied du centre ville.

Cassis ville de 7758 habitants est caractérisée par ses falaises de calcaire rose et ses calanques dont les calanques de Port miou et sormiou entre autres. Le massif des calanques  s'étend sur plus de 20 kms de long et 4 kms de large entre les Goudes au sud ouest de Marseille et Cassis. Sa falaise la plus haute, le cap canaille entre Cassis et la Ciotat atteint 399m. Cassis est aussi réputée  pour ses vins blancs et rosés. Au port ,de nombreuses excursions vous sont proposées vers les calanques soit en bateau où avec le petit train touristique qui vous emmène sur la falaise au  dessus de la calanque de sormiou.

Le chateau dominant la ville, aujourd'hui propriétée privée transformé en chambre d'hôtes de luxe. L'occupation de ce site remonterait en 500 où 600 avant J.C. Du Vè au Xè siècle les invasions barbares poussent les habitants à se réfugier sur les hauteurs à l'intérieur du"castrum" cité fortifiée qui deviendra au XIIIè siècle la propriété des seigneurs des baux de Provence.

Gréoux les bains et retour

Nous ne passerons qu'une nuit à cassis, des amis en cure à Gréoux les bains nous attendent, nous leur rendrons visite  comme chaque année. Il faut bien entretenir l'amitié, surtout que nous n'habitons pas la même région, et cela nous fait qu'un petit détour. Nous resterons 2 jours en leur compagnie, avec en prime une petite balade à sainte Croix sur Verdon  et le retour par Lyon, Macon. 45 jours partis, je crois que c'est le maximum que l'on s'autorise, après la maison nous manque, et nous n'apprécions plus rien . Comme on dit il faut bien rentrer pour pouvoir repartir.


http://www.campingcassis.com

1 vote. Moyenne 2.00 sur 5.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau

Date de dernière mise à jour : 21/11/2013